Qu’est-ce que l’acné ?

L’acné est l’une des pathologies les plus fréquentes en dermatologie. On estime qu’un peu plus de cinq millions de personnes en France sont concernées par cette problématique. On associe généralement les problèmes d’acné aux adolescents. Cette affirmation est partiellement vraie. En effet, nombre d’adultes sont, eux aussi, régulièrement concernés par des épisodes acnéiques. À noter que les femmes sont plus touchées que les hommes sur ces problèmes dermatologiques.

L’acné, d’où ça vient ?

L’acné est une pathologie qui a des origines diverses. Elle peut être génétique, hormonales ou bien encore liée à l’hygiène de vie. Le principal problème de l’acné est qu’il touche majoritairement une zone délicate : le visage. C’est une partie du corps qui participe pleinement aux interactions sociales, à la relation aux autres, à l’identité, à la confiance en soi. L’acné altère en fait cette représentation du soi, il écorne l’image de soi et a des conséquences tout autant physiologiques que psychologiques. C’est souvent l’aspect psychologique qui déclenche la volonté de trouver une solution à l’acné.

L’acné est une inflammation chronique de la glande sébacée qui se situe à l’extrémité de chaque poil dans le derme. La glande sébacée produit du sébum qui a comme principale fonction de protéger la peau en garantissant une bonne hydratation. Elle permet de créer une pellicule hydrolipidique sur le corps qui protège de la sécheresse cutanée, de la déshydratation, des attaques bactériennes, etc.

Un individu possède environ 2 millions de glandes sébacées. Or ces glandes sont réparties inégalement sur le corps. La densité des glandes est plus importante sur le visage (95 % des cas), le cou (20 % des cas), les épaules, le haut du dos (43 % des cas) et le décolleté. Plus le poil est petit, plus la glande est grosse et inversement.

Le processus acnéique

Le sébum est produit en permanence par les glandes sébacées. Ce fluide passe par le canal pilaire. L’acné se manifeste suite au dérèglement de cet écoulement. En effet, quand le canal pilaire est bouché ou partiellement obstrué par l’effet combiné d’un sébum qui est produit en trop grosse quantité (hyper séborrhée) ou qui a changé de consistance (dysseborrhée) et par la présence de cellules mortes accumulées, il y a alors un processus inflammatoire qui se met en place. Ce dérèglement diminue la fonction antibactérienne du sébum, ce qui va accentuer la prolifération d’une bactérie (Propionibacterium acnes) et par conséquent l’inflammation.

traitement acne cbd

Les différents types d’acné

On distingue généralement deux types d’acné :

  • L’acné rétentionnelle. Cette acné est caractérisée par une peau grasse et brillante avec la présence de points noirs (comédons ouverts) et/ou blancs (comédons fermés).
  • L’acné inflammatoire se caractérise par la prédominance de lésions papulo-pustuleuses. A noter que plus l’inflammation est profonde, plus le risque de nodules douloureux augmente. Les nodules peuvent alors évoluer vers des abcès ou des kystes. A long terme, ce type d’acné favorise les risques de cicatrice.

À ces deux formes classiques d’acné s’ajoutent deux autres types d’acné qui sont des manifestations considérées comme sévères et qui nécessitent une prise en charge médicale. Il s’agit de l’acné conglobata et de l’acné fulminans.

  • L’acné conglobata : généralement, ce type d’acné apparait à l’adolescence. Il est essentiellement situé sur le visage. Il se caractérise par la présence de papules et de pustules formant des nodules et des kystes très souvent douloureux. L’acné conglobata entraine des risques élevés de cicatrices et de dépigmentation.
  • L’acné fulminans est aussi appelée acné maligne ou acné ulcéreuse aiguë fébrile. Ce type d’acné touche principalement les hommes dans la tranche d’âge 13-22 ans. Il est situé essentiellement sur le visage et sur le dos. Son apparition est souvent attribuée comme un effet secondaire de l’isotrétinoïne. Il s’agit, paradoxalement, d’un médicament donné pour traiter de l’acné sévère. Ce type d’acné est aussi appelé l’acné dopage. Il fait suite à la consommation excessive de stéroïdes. La prise en charge de ce type d’acné doit être encadrée.

Les différents stades de développement de l’acné

On distingue quatre phases dans le développement de l’acné.

1er phase – La séborrhée

C’est l’augmentation pathologique de la sécrétion de sébum. La peau devient, grasse et brillante. S’en suit un développement de micro-comédons. Cette accumulation de sébum favorise le développement de bactéries dans les follicules pilo-sébacés.

2ème phase : le développement des comédons

Le point noir ou « ver de peau » ou de son nom scientifique comédon ouvert est la deuxième étape du développent acnéique. C’est souvent lors de cette phase que beaucoup s’empressent, à tort, de presser les différents petits points qui apparaissent sur la peau. De fait, les comédons sont un mélange de sébum et de cellules mortes du canal pilaire (les kératinocytes). Le comédon est alors un terrain idéal pour le développement d’une bactérie, la propionibacterium. S’il est normal de trouver cette bactérie, c’est sa prolifération qui entraine le développement de l’acné.

Le point blanc ou le microkyste ou comédon fermé ne se voit pas toujours. A l’inverse du comédon ouvert, il bloque l’orifice du canal pilaire en empêchant la sortie du sébum et de la Kératine. Cette production s’accompagne d’une accumulation qui bombe la peau dans une zone donnée. Cette tension crée une inflammation se traduisant par un bouton rouge ayant en son centre une pointe de pus.

3ème phase : l’inflammation

La phase inflammatoire est corolaire au développement de bactéries dans la glande sébacée. Les lésions inflammatoires peuvent aller des papules, aux pustules, aux nodules et aux abcès.

  • Les papules sont de simples boutons n’ayant pas d’écoulement ou ne purulent pas au percement. Ils sont de couleur rose ou rouge mesurant d’un à quatre millimètres. La couleur trahit une auréole inflammatoire pouvant être douloureuse. Cette manifestation peut évoluer au stade supérieur : la pustule.
  • La pustulecaractérise un stade inflammatoire avancé. Les pustules contiennent un liquide purulent jaunâtre. Soit ce dernier est évacué à l’extérieur, soit il va créer des nodules en se répandant du derme à l’hypoderme. C’est une phase qui mérite une attention et un suivi particulier, car ils peuvent se transformer en abcès.
  • Les kystes sont une manifestation sévère de l’acné. Une prise en charge adaptée est nécessaire, les lésions peuvent durer longtemps et former des cicatrices pouvant être irréversibles.

4ème phase : les cicatrices.

Il s’agit ici d’une complication importante jouant un rôle primordial dans la sociabilité. Ces cicatrices peuvent être en creux (atrophique) ou en relief (hypertrophique). On considère deux stades dans la prise en charge : lorsque les cicatrices sont rouges, il s’agit d’une marque d’une inflammation et qui peut être réversible. Dans le deuxième stade, il s’agit de cicatrices profondes liées à une forte inflammation. La prise en charge est plus complexe et la peau aura peu de possibilités de résilience.

acne et CBD

Les causes de l’acné

Pour comprendre les causes de l’acné, il est nécessaire de comprendre que l’étiologie est liée aux types de personnes. La prise en charge va varier selon l’âge, le sexe, l’hérédité et l’hygiène de vie.

Chez l’adolescent(e)

Il est bien connu que l’acné est une maladie de l’adolescence. Le pourcentage d’adolescents touchés par l’acné est très significatif. En cause, les changements hormonaux que subissent les enfants pour atteindre l’âge adulte. En effet, la production de sébum varie selon l’âge et l’adolescence est marquée par un bouleversement hormonal majeur. À la montée de testostérone ou œstrogènes et progestérone va correspondre une augmentation de la production de sébum. Cette surproduction va engendrer à son tour un excès de sébum qui va se traduire par des poussées d’acné.

La production de sébum se stabilise à l’âge adulte. Cependant, cet équilibre peut être bouleversé par des changements hormonaux importants tels que grossesses, règles, contraceptifs, médicaments, etc…

Chez les femmes

Les changements hormonaux constituent l’une des principales causes d’acné. Les hormones stimulent la production de sébum. Chez les femmes, trois périodes sont propices au développement de poussées acnéiques : lors des cycles menstruels, lors des grossesses et lors de la ménopause.

Au-delà de ces trois périodes, il apparait que les problèmes acnéiques seraient également dus à d’autres éléments anxiogènes. En effet, selon une étude épidémiologique réalisée en France en 2001, plus de 40 % des femmes adultes connaîtraient des épisodes acnéiques plus ou moins sévères au moins une fois par an.

On apprend ainsi que la semaine précédant les règles, 78 % des femmes acnéiques connaissent des poussées inflammatoires. Cependant, le plus surprenant est que plus de 41 % des femmes interrogées ont vu apparaitre cette maladie alors qu’elles étaient adultes et que les épisodes acnéiques de leur adolescence s’étaient arrêtés depuis longtemps.

Il apparait également que les femmes interrogeaient consommées des anxiolytiques et/ou des somnifères. L’étude soulève donc la corrélation entre stress, prise médicamenteuse et apparition de l’acné chez les femmes.

Les autres facteurs

Le stress

La corrélation entre stress et épisode acnéique est effective. En effet, lors de montée d’angoisse ou de stress le corps libère la Substance P. On retrouve cette substance en grande quantité dans la glande de sébacée. Il s’avère que la substance P participe activement à l’augmentation de la production de sébum et donc favorise un terrain favorable au développement de l’acné.

Les modifications hormonales

Les modifications hormonales peuvent être passagères ou s’inscrire sur du long terme. Ainsi chez les femmes les modifications hormonales sont plus nombreuses que chez les hommes en raison des cycles menstruels. Ces derniers font augmenter et diminuer les taux hormonaux qui ont des effets différents à différents moments du mois.

Ainsi plusieurs études ont montré le lien entre acné et période prémenstruelle, c’est ce que l’on appelle l’acné prémenstruelle. Il apparaît généralement 7 à 10 jours avant les règles.

L’autre évènement majeur chez les femmes concerne la grossesse. Pendant cette période les hormones fluctuent avec un taux d’androgènes plus élevés participant à la montée d’acné.

Etape physiologique majeure chez la femme, la ménopause. La ménopause entraine également des fluctuations hormonales significatives. Pour de nombreuses femmes, la ménopause rime avec éruption cutanée, lésions acnéiques, etc. Les problèmes de peau sont fréquents au moment de la ménopause.

Alimentation et hygiène de vie

Aucune étude n’a pu encore établir un lien probant entre qualité de la nourriture ou bien encore diversité alimentaire et le développement de l’acné. Cependant, il s’avère que les individus ayant un régime pauvre en fruit, légumes et poissons sont plus sujettes à des épisodes acnéiques que ceux ou celles qui ont une alimentation équilibrée. De même, il y a actuellement aucune corrélation établie entre la consommation de chocolat, de lait ou de sucres rapides

A l’inverse, la consommation excessive d’alcool ou de drogue a un impact direct sur le corps et sur la peau. L’alcool a des effets inflammatoires. C’est aussi un vasodilatateur qui a de fortes répercussions sur les petits vaisseaux du visage. L’alcool déshydrate et assèche la peau. Il favorise également la venue d’épisode acnéique.

Les traitements classiques de l’acné

Selon l’importance et la durabilité de l’acné, différents traitements peuvent être envisagés.

Pour l’acné peu important de simples mesures qui peuvent participer à limiter les crises d’acné : ne pas toucher les boutons, limiter son exposition au soleil, utilisation d’un savon antiacnéique, prendre des compléments alimentaires tels que la vitamine A, B6, C et du zinc, etc.

De même que l’amélioration de l’hygiène de vie peut également aider. La diminution ou l’arrêt de la consommation d’alcool, de cigarettes, la limitation de la consommation d’aliments gras ou trop sucrés sont autant de choses à prendre en considération.

Dans le cas d’acné handicapante ou/et douloureuse, il est alors préférable d’aller voir un médecin pour un traitement adapté et spécifique.

acne medicament

Le traitement médicamenteux

Les médecins ou dermatologues qui estiment que les lésions sont importantes physiquement (large étendue d’acné, cicatrices, etc.) et/ou psychologiquement (préjudices esthétiques) peuvent proposer différentes pistes :

  • Pour les personnes souffrants d’une acné inflammatoire étendue et persistante, il est proposé l’application de peroxyde de benzoyle. Cependant, nombreux sont celles et ceux qui ne le supportent pas. Dans ce cas, l’autre voie est un traitement local à bas d’antibiotiques (doxycicline) pendant une durée de 3 mois.
  • Si la première combinaison ne donne pas des résultats satisfaisant, il peut être proposé un traitement avec de l’isotrétinoide. Ce traitement demande un suivi rigoureux en raison des effets secondaires, notamment chez les femmes.

Les effets secondaires des traitements allopathiques

Les traitements médicamenteux pour le traitement de l’acné ne sont pas anodins. Les effets secondaires sont présents et doivent être bien pris en compte.

Le traitement par peroxyde de benzoyle peut entrainer une hypersensibilité, de possibles réactions anaphylactiques ou un œdème palpébral. Pour un nombre de patients plus significatif, il s’avère que la sécheresse cutanée, la desquamation cutanée ou l’exfoliation cutanée se manifestent plus fréquemment et obligent à l’arrêt du traitement.

Le traitement à base d’isotrétinoide est un traitement à suivre de près en raison de son effet tératogène (malformation du fœtus). Un carnet de suivi est proposé à toutes les patientes afin de vérifier les interactions avec le contraceptif, mais aussi pour contrôler les taux de lipides et les enzymes hépatiques. À cela s’ajoute également un fort dessèchement de la peau qui demande à son tour un traitement hydratant.

bacterie acne

Acné et CBD, quels avantages ?

L’association ou plutôt l’amalgamme entre cannabidiol et cannabis récréatif a longtemps freiné les recherches sur le CBD en général. Cependant, l’évolution du cadre législatif (aux USA notamment) et les études sérieuses sur les effets positifs du CBD dans la prise en charge de nombreuses pathologies ont changé la donne depuis. Le CBD est devenu une piste opportune et performante, c’est ainsi le cas pour les recherches entre CBD et maladies dermatologiques, qui montrent une vraie pertinence, en offrant une vision holistique de la prise en charge de l’acné, sans effets secondaires lourds.

Le CBD et inflammation

L’une des premières propriétés du CBD est son effet anti-inflammatoire naturel. De nombreuses études (1) ont montré que le CBD permettait de soulager des douleurs liées à diverses pathologies chroniques d’origine inflammatoire. Un effet anti-inflammatoire dans le cadre de l’acné permet de lutter contre l’inflammation des glandes sébacées. Le CBD, en tant que nouvelle classe d’agents anti-inflammatoires, permet de calmer et de réduire les inflammations acnéiques, et ce, sans effets secondaires majeurs.

Source :

  1. Cannabinoids as novel anti-inflammatory drugs. Prakash Nagarkatti. https://www.future-science.com/journal/fmc

Les rougeurs

Les rougeurs ou l’« acné rosacée» apparaît lorsqu’il y a une surproduction de sébum. A la différence de l’acné, il n’y a aucun point noir. Le processus de l’acné rosacée est pourtant le même, puisqu’il est lié à une surproduction de sébum et à l’inflammation du derme. Cependant, l’inflammation joue un rôle principal dans le développement des rougeurs. Le CBD, là aussi, offre une piste sérieuse grâce à ses propriétés anti-inflammatoires qui, à l’inverse du traitement classique à base d’ivermectine et ses potentiels effets secondaires (asthénie, douleur abdominale, anorexie, constipation, diarrhée, nausées, vomissements, étourdissements, somnolence, vertiges, etc.), offre une piste thérapeutique fort commode avec moins d’effets secondaires.

L’acné rosacée peut donc être prise en charge par l’utilisation du CBD qui a un double effet combiné celui de lutter contre l’inflammation, mais aussi de jouer un rôle antibactérien. En effet, l’acné rosacée est également consécutive à la présence d’un acarien, le Demodex folliculorum, qui participe à la diffusion de l’inflammation.

CBD et effet antibactérien

Le CBD présente également de fortes propriétés antifongiques et antibactériennes. En effet, comme le souligne l’étude menée par le docteur Giovanni Appendino (1), le Cannabis sativa est connue depuis longtemps pour contenir des cannabinoïdes antibactériens. Les cinq principaux cannabinoïdes (cannabidiol (1b), cannabichromène (2), cannabigérol (3b), Delta (9)-tétrahydrocannabinol (4b) et cannabinol (5)) ont montré une puissante activité contre une variété de Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) souches d’importance clinique actuelle.

Or le Staphylococcus aureus est majoritairement à l’origine des boutons acnéiques. En effet, il infecte superficiellement l’orifice du poil causant l’apparition des comédons. A cela s’ajoute également, que la propriété antibactérienne du CBD permet de lutter contre une autre bactérie (Propionibacterium acnes) qui joue un rôle majeur dans l’accentuation de l’inflammation.

Source :

  1. Appendino G., Gibbons S., Giana A., Pagani A., Grassi G., Stavri M. (2008). Cannabinoïdes antibactériens de Cannabis sativa : une étude structure-activité. J. Nat.
docteur acne et CBD

CBD et effet anti-sébocyte

Autre propriété du CBD sa capacité à réguler le processus de production de sébum par les glandes sébacées. Ainsi une étude hongroise (1) a prouvé que le CBD réduisait la prolifération des cellules sébocytes. Cette réduction permet de lutter efficacement contre l’acné. En effet, c’est la surproduction de sébum qui conduit au développement de l’acné. En régulant cette surproduction, le CBD lutte efficacement contre la prolifération de comédons, mais aussi des papules, des pustules, des nodules et des abcès.

Sources :

  1. Cannabidiol exerts sebostatic and antiinflammatory effects on human sebocytes, 2014 Sep;124(9):3713-24.

Le CBD et la gestion de la douleur

Il est maintenant reconnu que le CBD interagit avec le récepteur de la sérotonine 5-HT1A. Cette capacité à activer les récepteurs 5-HT1A provoque des effets analgésiques tout aussi important que les analgésiques traditionnels permettant de lutter contre la douleur. En effet, dans les épisodes acnéiques, quand l’inflammation se propage et pénètre les couches profondes du derme, des nodules douloureux peuvent apparaître. Le CBD va diminuer les sensations de douleur. Au-delà des propriétés analgésiques, en interagissant avec le récepteur de la sérotonine, le CBD a également une propriété anxiolytique. (1)

Source :

  1. Cannabidiol modulates serotonergic transmission and reverses both allodynia and anxiety-like behavior in a model of neuropathic pain. https://journals.lww.com/pain/Fulltext/2019/01000/Cannabidiol_modulates_serotonergic_transmission.16.aspx

CBD et effet anti-stress

Le CBD est de plus en plus utilisé dans la prise en charge de pathologie mentale. Plusieurs recherches ont été menées sur le rôle significatif que peut avoir le CBD dans la gestion du stress et des troubles anxieux.

Cette propriété est importante dans la prise en charge de l’acné quand on sait que le stress est l’un des principaux facteurs de déclenchement de crises acnéiques.

Une étude menée par l’Université de New York (1) a permis de montrer que « le CBD a un potentiel considérable en tant que traitement des troubles anxieux multiples » du fait qu’il interagit avec le système endocannabinoïde qui joue un rôle primordial dans le contrôle de l’anxiété. Le CBD a des propriétés anxiolytiques, mais à l’inverse des traitements traditionnels prenant en charge les troubles anxieux tels que les benzodiazépines, antidépresseurs ou somnifères, il a peu ou pas d’effets secondaires. A cela s’ajoute le fait qu’il ne provoque pas de dépendance et qu’il permet aussi de retrouver le sommeil.

Ce dernier point est important, car le CBD offre ainsi aux personnes touchées par l’acné une meilleure qualité de vie en augmentant le sommeil et en diminuant le stress. Deux éléments qui permettent d’amoindrir les effets délétères du stress et de l’anxiété, générateurs de poussées d’acné et de mal-être.

Source :

  1. Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26341731/

Quel CBD et quel dosage pour l’acné ?

Il est important pour les personnes asthmatiques de bien vérifier s’il n’y a pas une quelconque allergie au CBD. Pour ce faire, il est recommandé de mettre une petite quantité de CBD sur le dos de la main et de voir s’il y a une réaction cutanée ou pas. En cas de réaction, il est alors préférable de stopper l’expérience, dans le cas contraire, on peut poursuivre son évaluation et prendre une petite quantité dans la bouche. Si au bout d’une heure aucune réaction n’apparaît, il est alors possible de prendre la dose convenant à son poids.

Le CBD peut être administré de plusieurs manières. La plus courante est l’huile de CBD par voie sublinguale car son action est très rapide (5 à 20 min). Il existe également des capsules ou des solutions liposomales pour plus de biodisponibilité (absorption des composés actifs du CBD par le corps).

La crème CBD “Aczedol” de Cibdol spécialement prévue pour les peaux touchées par l’acné et les crèmes nourrissantes au CBD, sont un très bon complément aux formes orales ou sublinguales dans le cadre de l’acné.

A retenir sur l’acné et le CBD

Le CBD offre une nouvelle piste thérapeutique significative pour soulager l’acné et prévenir ses causes. Les propriétés de régulation de la surproduction de sébum, ses effets anti-inflammatoires, antibactériens, anti-sébocytes et surtout le fait qu’il permet de juguler le stress et les angoisses, confèrent au CBD des points forts non négligeables dans la lutte contre l’acné

La prise en charge de l’acné par le CBD offre une perspective novatrice et une prise en charge présentant peu voire pas d’effet secondaire. Il ne s’agit pas de prendre en charge l’acné uniquement par le biais médicamenteux, mais de comprendre que les personnes touchées par l’acné sont dans des problématiques bien plus larges que la vision allopathique. Le CBD permet une prise en charge plus holistique en soulagent aussi bien l’acné, que les problématiques consécutives à cette maladie.

logo cbdissimo

Article rédigé par la Team Cbdissimo, toujours à l’écoute des dernières avancées sur le cannabis médical et ses applications.

4.1/5 - (30 votes)