L’asthme, symptômes et processus

L’asthme débute généralement lorsqu’un individu éprouve des difficultés à respirer normalement. Lors des crises, la respiration devient peu à peu difficile, puis sifflante, et entraine rapidement un essoufflement accompagné bien souvent par une toux.

Au départ sèche, la toux devient grasse et il est de plus en plus difficile d’expirer. L’amplitude des crises est large, allant d’une difficulté respiratoire mineure à la suffocation. Les crises d’asthme peuvent durer quelques heures voire plusieurs jours.

De fait, la crise d’asthme est la conséquence de l’obstruction bronchique. Cela signifie que le diamètre des bronches diminue. Cette réduction est la conséquence de la succession de trois processus.

Ainsi la crise d’asthme débute toujours en raison d’une inflammation des bronches. S’en suit alors un épisode de bronchospasme. Il s’agit d’une contraction des muscles lisses des bronches distales.

Enfin, le troisième processus est la conséquence de l’inflammation des bronches où l’on constate une sécrétion de mucus épais et collant sur la paroi des bronches. Ce mucus va encombrer et boucher les bronches.

L’un des principaux symptômes de l’asthme est la toux qui est bien souvent chronique et répétitive.

Un symptôme qui se renforce lors d’effort ou de rhume. La gêne respiratoire se transforme alors en crise asthmatique provoquée généralement par un facteur déclenchant (allergique ou irritant). 

bronches asthmatiques

Les facteurs déclenchants

Les facteurs déclenchants des crises d’asthme peuvent être regroupés en deux grands groupes : les facteurs qui ont une origine environnementale et les facteurs qui ont une origine congénitale ou physiologique.

D’ordre environnemental

Les facteurs environnementaux apparaissent comme les principaux facteurs de déclenchement des crises d’asthme. Ici aussi on peut distinguer plusieurs groupes :

Les allergies :

Les personnes souffrant d’allergie telles que rhume des foins, eczéma, etc. ont une forte probabilité d’avoir des crises asthmatiques. Ainsi plus de la moitié des personnes souffrant de rhinite allergique (rhume des foins) sont sujettes aux crises d’asthme.

En effet lorsqu’un allergène entre en contact avec les muqueuses, il cause des inflammations sur les bronches. Les allergènes respiratoires (ou pneumallergènes) tels que pollen, moisissures, particules issues d’animaux (urine, salive, peaux mortes, poils), insectes (cafards) ou acariens (omniprésents dans la poussière de maison) participent activement aux crises d’asthme.

Les crises d’asthme peuvent être également provoquées par des vapeurs irritantes et/ou des odeurs fortes qui peuvent occasionner une gêne respiratoire et déclencher une crise.

Ainsi inhaler régulièrement ou ponctuellement la fumée de tabac, les vapeurs d’aérosol, de solvants et de certains parfums d’intérieur sont des facteurs irritants qui favorisent le déclenchement de crises d’asthme.

Il est à noter qu’il existe un asthme professionnel : l’asthme du peintre, l’asthme du boulanger, l’asthme du coiffeur, l’asthme de l’agriculteur et l’asthme du nageur. Tous ont en commun d’être en interaction avec des produits (origine chimique ou végétale) souvent très agressifs pour les voies respiratoires.

cbd pour asthme
Les activités sportives et la pollution

Si d’ordinaire le sport est recommandé, il s’avère que le fait de respirer de l’air froid et sec peut être à l’origine de crise (asthme d’effort). A cela s’ajoute que les pratiques sportives doivent être réalisées les jours où il n’y a pas de pollution atmosphérique. En effet, la pollution via le dioxyde de souffre, l’oxyde d’azote, l’ozone et toutes les particules en suspension participent activement à l’aggravation des épisodes asthmatiques. 

D’ordre congénital ou physiologique

Hérédité et asthme

La transmission d’un parent à un enfant de la maladie asthmatique n’est pas héréditaire. Cependant, l’atopie, c’est à dire les facteurs génétiques qui prédisposent aux allergies, est héréditaire. Cela signifie dont que si les parents ont un terrain allergique, la probabilité que l’enfant développe des allergies est significative et l’expose donc à une propension plus importante de développer de l’asthme.

asthme huile cbd
La prise de médicaments

Il existe des contre-indications médicamenteuses chez les asthmatiques. Ainsi les médicaments dits « bêtabloquants » sont fortement déconseillés en raison du fait qu’ils participent activement à la contraction des bronches. Les bêtabloquants sont utilisés dans le traitement pour les problèmes liés à la tachycardie, l’hypertension, pour les glaucomes.

Il en est de même pour les personnes allergiques à certains médicaments tels que les antibiotiques comme la pénicilline, l’aspirine, certains anti-inflammatoires (ibuprofène), etc.

Les menstruations

Pour certaines femmes, la période prémenstruelle est une période pendant laquelle, il est nécessaire de faire attention. En effet, les risques de développer une crise aigüe grave est significative.

Les facteurs psychologiques et leurs co-responsabilités

Le stress, les contrariétés, les émotions fortes sont des facteurs à prendre en compte dans le déclenchement d’une crise d’asthme. Cependant, ces facteurs psychologiques ne créent pas les crises d’asthme mais participent indirectement à son déclenchement. Cela signifie qu’une personne suivant un traitement de fond et subissant des perturbations psychologiques ne sera pas menacée par l’arrivée subite d’une crise.

A contrario, une personne ne suivant pas de traitement de fond et qui est face à des émotions fortes telles que colère ou stress peut voir le déclenchement d’une crise. En effet, les fortes émotions provoquent bien souvent un changement de rythme respiratoire. L’hyperventilation, par exemple, provoquée par une stimulation émotionnelle peut déclencher dans ce cas-là une crise d’asthme.

L’autre élément à prendre en considération est l’impact de la gestion de l’asthme dans le quotidien. Cela peut être une source d’angoisse, de stress et d’anxiété. Ainsi, la crainte de l’arrivée inopinée d’une crise, la peur de mourir étouffé, etc. sont des sources de stress à ne pas négliger. Cela peut interférer dans la gestion de la prise en charge de l’asthme au quotidien et peut conduire à une surestimation d’un état. Le danger est alors d’augmenter les doses normalement prescrites.

L’asthme n’est donc pas une maladie psychosomatique mais une maladie qui nécessite un traitement adéquat. Les perturbations psychologiques s’avèrent être des responsables indirects ou co-responsables de l’arrivée d’un évènement asthmatique.

Evaluation de l’asthme

Afin de mieux prendre en charge les personnes atteintes d’asthme, ont été définis quatre stades de l’asthme :

  • Stade 1 : l’asthme est considéré comme « intermittent » : moins d’une crise d’asthme par semaine. Ce type d’asthme est le plus fréquent.
  • Stade 2 : l’asthme est considéré comme « persistant léger » : plusieurs crises par semaine.
  • Stade 3 : l’asthme est considéré comme « persistant modéré » : un symptôme d’asthme par jour ou pendant nuit. Utilisation de bronchodilatateur quotidiennement.
  • Stade 4 : l’asthme est considéré comme « persistant sévère » : les symptômes sont fréquents et détériorent considérablement la qualité de vie. Un suivi médical est vital

Traitements traditionnels de l’asthme

Il y a deux types de traitement : les traitements de crise et les traitements de fond.

Dans le premier cas, le traitement consiste à endiguer la crise en inhalant des bronchodilatateurs d’action rapide. Ils agissent directement en relâchant les muscles qui entourent les bronches afin de faciliter le passage de l’air.

Dans le deuxième cas, le traitement de fond varie selon le stade de l’asthme. C’est un traitement qui est pris quotidiennement à base de corticoïdes inhalés. A cela s’ajoute d’autres médicaments (fomotérol, bronchodilatateurs, etc.) qui sont prescrits selon le stade d’asthme. Le traitement permet de calmer l’inflammation des bronches et détend les muscles autour des bronches. Cette prise en charge est lourde, non sans effets secondaires et nécessite un suivi médical régulier. 

CBD et asthme

Le CBD offre depuis quelques années de nouvelles perspectives thérapeutiques. Il est de plus en plus considéré comme un traitement possible de nombreuses affections inflammatoires.

Ce paramètre en fait donc un candidat de choix pour traiter ou endiguer l’asthme.

C’est une nouvelle piste thérapeutique qui offre de nouvelles perspectives pour celles et ceux souffrant d’asthme.

Le CBD apparaît effectivement comme un complément efficace pour diminuer les causes sous-jacentes des crises d’asthme.

cbd huile asthme

Le CBD, un anti-inflammatoire naturel puissant

C’est maintenant reconnu par de nombreuses recherches, le CBD a des propriétés anti-inflammatoires. Une étude menée en 2015 apporte de nombreux arguments sur le potentiel du CBD et de la prise en charge de l’asthme. Cette étude menée sur des rats traités avec du CBD pendant deux jours a permis de voir que tous les marqueurs inflammatoires avaient diminués très significativement. Or, l’un des premiers symptômes de l’asthme est l’inflammation des bronches. Elle est causée généralement par une réaction allergique qui implique une augmentation de cytokines. De fait, le CBD a la capacité de cibler et donc d’enrayer les signaux émis par les cytokines. Par conséquent, le CBD avec ses effets anti-inflammatoires permet de diminuer les risques de crises asthmatiques en inhibant la réponse inflammatoire causée par une allergie.

Référence :

Vuolo, F., Petronilho, F., Sonai, B., Ritter, C., Hallak, J. E., Zuardi, A. W., … & Dal-Pizzol, F. (2015). Evaluation of serum cytokines levels and the role of cannabidiol treatment in animal model of asthma. Mediators of inflammation, 2015.  

Le CBD et bronchospasme

Une étude de 2015 publiée dans le « Journal of Pharmacology and experimental Therapeutics » a révélé que le CBD annihilait en partie les contractions pulmonaires responsables dans le processus des voies respiratoires restreintes. De fait, cette étude démontre que le CBD a une influence notable sur le système respiratoire en délivrant notamment de l’anandamide qui atténue les contractions bronchiques. Cela signifie, plus clairement, que le CBD permet d’amoindrir le processus de bronchospasme.

Référence :

Raj Makwana, Radhakrishnan Venkatasamy, Domenico Spina and Clive Page. The Effect of Phytocannabinoids on Airway Hyper-Responsiveness, Airway Inflammation, and Cough. Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics April 2015, 353 (1) 169-180; DOI

Le CBD et l’anxiété

Comme expliqué plus haut, les perturbations psychologiques s’avèrent être des responsables indirects ou co-responsables de l’arrivée d’un évènement asthmatique. Or la prise de CBD permet justement de calmer les troubles anxieux. Il est apparu que la prise régulière d’un cannabidiol participait activement à la diminution voire à la disparition de nombreux symptômes liés aux troubles anxieux. Le CBD permet ainsi de gérer le niveau de stress et d’anxiété notamment lié à la crainte de l’apparition d’une crise. En savoir plus dans notre article sur CBD et anxiété.

Le CBD, un décontractant musculaire

Le CBD a encore une corde à son arc thérapeutique et favorise la relaxation musculaire. Or, si les crises d’asthme débutent toujours en raison d’une inflammation des bronches, s’en suit toujours un épisode de bronchospasme. Il s’agit en fait d’une contraction des muscles lisses des bronches distales. Or, le CBD a la capacité de détendre à la fois les voies respiratoires ce qui permet une bonne circulation de l’oxygène, mais également de détendre les muscles de la poitrine. Ce double effet combiné et ciblé sur les muscles respiratoires permet de réduire l’intensité voire de stopper les crises d’asthme.

Référence :

Fine, P. and Rosenfeld, M. (2013). The Endocannabinoid System, Cannabinoids, and Pain. Rambam Maimonides Medical Journal, 4(4). 

huiles cbd pour asthme

Quel mode d’administration pour le CBD pour l’asthme ?

Il est important pour les personnes asthmatiques de bien vérifier s’il n’y a pas une quelconque allergie au CBD. Pour ce faire, il est recommandé de mettre une petite quantité de CBD sur le dos de la main et de voir si une réaction cutanée anormale apparait.

En cas de réaction, il est alors préférable de stopper l’expérience net, dans le cas contraire, prendre une petite quantité de CBD pour débuter, si au bout d’une heure aucune réaction anormale n’apparaît, alors à ce moment-là, prendre le dosage recommandé selon son poids.

Le CBD peut être administré de plusieurs manières. La plus courante et la façon optimale d’en profiter est l’huile CBDpar voie sublinguale car son action est très rapide (5 à 20 min), efficace et ne présente aucun risque. Il existe également des capsules CBD ou encore des solutions liposomales au CBD pour plus de biodisponibilité (capacité d’absorption des composés actifs par le corps).

Les e-liquides au CBD permettent également une action rapide du CBD (5 à 15 min), mais ne sont pas forcément recommandés pour des personnes asthmatiques de même avec les fleurs CBD à vaporiser car la vapeur passe par les voies respiratoires.

Pour conclure sur le CBD et l’asthme

Multiplication des allergies, augmentation permanente de la pollution, utilisation récurrente de produits chimiques irritants, etc. l’asthme devient année après année une maladie respiratoire qui touche de plus en plus de personnes.

Or, même si le nombre de causes augmentent, elles ont toutes en commun un même processus : la crise d’asthme la conséquence d’une inflammation des voies respiratoires. Le CBD, avec sa capacité à diminuer les inflammations, apparaît comme un complément thérapeutique pertinent dans la prise en charge de l’asthme. Les études se multiplient et les résultats corroborent le fait que le CBD participe positivement à la prévention des crises asthmatiques et des symptômes sous-jacents (bronchospasme)

Si vous êtes intéressé(e) par le CBD pour vos problèmes asthmatiques, nous vous invitons, idéalement, à en parler à votre médecin traitant au préalable et à bien prendre connaissance des possibles interactions médicamenteuses si vous suivez un traitement. Il est également important de s’assurer de ne pas avoir d’allergie ou de réactions indésirables au CBD.

logo cbdissimo

Article rédigé par la Team Cbdissimo, toujours à l’écoute des dernières avancées sur le cannabis médical et ses applications.

4.8/5 - (6 votes)