Glaucome

Glaucome

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une maladie dégénérative qui affecte le nerf optique. Il se traduit par une diminution progressive du champ de vision périphérique pouvant aller jusqu'à la cécité complète et irréversible. Cette maladie oculaire touche surtout les personnes de plus de 45 ans. Une concentration de fluides dans la partie frontale de l’œil, engendre une pression intraoculaire qui affecte le nerf optique. L’augmentation de la pression oculaire a un effet sur le fonctionnement du nerf optique, en détruisant progressivement les fibres visuelles, aboutissant à une diminution, elle aussi progressive du champ visuel.

Les différentes formes de glaucome

On distingue principalement le glaucome aigu (ou glaucome par fermeture de l’angle) qui est assez rare et le glaucome chronique (ou glaucome à angle ouvert), forme la plus fréquente.

Le glaucome à angle ouvert aussi appelé glaucome chronique et est lié à la fermeture progressive du filtre d’évacuation, le trabéculum. Le fait que ce phénomène soit progressif explique que le patient ne ressente pas l’augmentation lente de la pression oculaire.

Le glaucome par fermeture de l’angle, aussi appelé glaucome aigu, est très brutal. Il est lié à l’accolement de l’iris au filtre d’évacuation (trabéculum). Il est associé à des douleurs aiguës et à une baisse de la vue.

Quelles sont les causes du glaucome ?

La cause précise du glaucome reste inconnue, cependant les hypothèses tendent à l'identifier comme une maladie neurodégénérative ayant des liens étroits avec d'autres maladies neurodégénératives commeAlzheimer. Environ 25% des patients touchés par Alzheimer souffriraient aussi du glaucome, ce qui suggère que les causes du glaucome pourraient elles aussi être de nature neurodégénérative.

Quels sont les traitements actuels ?

Les traitements actuels classiques visent à réduire la pression intraoculaire. Pour prévenir la perte de vision partielle ou totale, la pression intraoculaire doit baisser. Le glaucome est généralement traité par la prise de médicaments classiques sous forme de collyres ou bien, dans les cas les plus sévères par une opération chirurgicale qui consiste à réguler l'excès d’humeur aqueuse.

Glaucome et CBD

 

Le cannabis et cannabinoïdes (CBD et THC) peuvent-ils être utilisés dans le cas du glaucome ?

Dès les années 70, des chercheurs Hepler et Frank ont établi un lien entre la réduction de la Pression Intraoculaire et l’utilisation du cannabis. Selon leurs études, le cannabis et cannabinoïdes (CBD et THC) réduiraient la pression oculaire de 30%.

Malgré ces premiers résultats très prometteurs, bien peu d’ophtalmologistes soutiennent l’utilisation du cannabis à l’exception des cas de glaucome les plus sévères. Le principal problème du cannabis applique au glaucome réside dans le dosage, en effet, selon le dosage, il peut y avoir des effets inverses a ceux recherchés, à savoir une augmentation de la pression intraoculaire et donc une augmentation des risques d’aggravation des symptômes.

De plus, les effets du cannabis durent seulement quelques heures, or le glaucome a besoin d’être traité en permanence et les patients doivent en consommer régulièrement, et donc sous l'effet psychoactif du THC en continu. Bien que ce train de vie puisse paraître séduisant pour certains, l n’est pas envisageable pour la grande majorité des gens.

Le cannabis a un faible taux d’addiction mais la consommation récurrente et régulière liée au glaucome augmente inéluctablement le risque de développer une dépendance envers le cannabis.

L’utilisation du cannabis comme traitement dans les cas de glaucome les plus sévères est soutenue malgré tout par beaucoup d’ophtalmologistes, non pas pour traiter directement la cause du glaucome mais pour soulager les symptômes associés.

Les futurs traitements à base de cannabis et cannabinoïdes (CBD et THC) auront-ils un plus grand rôle à jouer ?

Les scientifiques ont découvert l’existence du système endocannabinoïde en 1992 et les études sur le sujet ont été nombreuses avec des résultats très prometteurs. Certains experts ont même été jusqu'à dire que le système endocannabinoïde serait « la médecine du futur ».

Notre système endocannabinoïde est un de nos plus importants système physiologique. Pratiquement toutes les fonctions biologiques sont concernées : les inflammations, le système immunitaire, la protection neuronale, la modulation de la douleur, sont liés au système endocannabinoïde. Etant donné le rôle majeur du système endocannabinoïde, en particulier dans la protection neuronale et les inflammations, beaucoup de scientifiques pensent que le développement de médicaments à base de cannabinoïdes pourrrait être très utile dans le traitement et la prévention du glaucome.

Le système endocannabinoïde jouerait aussi un rôle dans le fonctionnement des échanges internes de la rétine. En effet, des récepteurs de cannabinoïdes de type CB1 sont présents dans le tissu oculaire, responsables entre autres de la régulation de la pression intraoculaire.

Les scientifiques espèrent pouvoir créer des médicaments dérivés des cannabinoïdes comme le CBD qui peuvent cibler les tissus oculaires et réduire la pression oculaire pour prévenir les dégâts permanents sur les cellules de la rétine qui peuvent entraîner la cécité.

Selon cette étude, le CBD (cannabidiol) ou CBG (cannabigerol) et autres cannabinoïdes seraient de bons candidats pour développer des agents thérapeutiques, en particulier lorsqu’ils sont administrés directement dans l’œil.

D’après d’autres études cliniques, CBD et THC grâce à leurs propriétés vaso-relaxantes et anti inflammatoires complètent une action efficace au traitement et à la prévention du glaucome.

Les modes d’administration actuels sous forme d’huile ou bien de collyres ont une biodisponibilité faible  et le taux d'absorption est donc difficilement prévisible alors qu'un dosage précis des cannabinoïdes est essentiel pour la modulation de la pression intraoculaire. Bien que le niveau d'absorption soit supérieure avec les collyres, ils peinent à pénétrer les tissus intraoculaires, 95 % des doses administrées n’atteindraient pas leur cible.

Attention, il est important de souligner que d’après l'étude de Pr. Tomida qui date de 2006, des doses de CBD supérieures à 40mg pourraient augmenter la pression intraoculaire. Toujours selon cette étude, des doses entre 10 et 20 mg seraient efficace dans la réduction de la pression intraoculaire. Ceci n’est pas un dosage recommandé, ni un traitement médical valide. Veuillez consulter votre médecin pour plus d’informations.

Pour conclure,

Bien que le cannabis et cannabinoïdes (CBD et THC) soient actuellement peu préconisés dans le traitement du glaucome en raison des modes d’administration peu fiables et des risques contre-productifs associés, le développement, à terme, de nouveaux traitements plus fiables au cannabis et ses dérivés (CBD et THC) est une piste sérieuse pour laquelle nombre d'études sont en cours. De nouvelles applications devraient voir le jour d'ici les prochaines années.

article cbdissimo