Qu’est ce que la maladie de Lyme ? 

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est transmise par une piqure de tique infectée par une bactérie spiralée de type « borrelia ». Si la contamination est effective, elle peut se transformer en maladie invalidante avec de multiples symptômes. La maladie de Lyme n’est pas contagieuse, il n’y a pas de contamination interhumaine. 

Une maladie qui vient des tiques ?

Être piqué par une tique ne signifie pas automatiquement être atteint par la maladie de Lyme. Les tiques ne sont pas toutes infectées par une bactérie. Cependant, il faut savoir qu’elles sont en pleine expansion dans le monde. On en trouve aussi bien en forêt que dans les parcs et les jardins forestiers ou urbains.

Cette propagation des tiques est due à plusieurs facteurs conjugués : extinction de nombreux prédateurs de la tique avec paradoxalement une extension des forêts européennes et une augmentation du gibier. On peut constater que le nombre de cas de personnes infectées augmente dès le printemps jusqu’au milieu de l’automne. La tique se raréfie dès que l’on passe 1500 mètres d’altitude, ce gros arachnide acarien craint le froid. 

Que faire s’il on se fait piquer par une tique ?

Lorsque l’on constate la présence d’une tique sur une partie du corps, il est nécessaire de l’enlever le plus rapidement possible. Pour ce faire, il est recommandé d’utiliser soit un tire-tique ou une pince à épiler. Dans tous les cas, il faut prendre garde à ne pas écraser la tique, mais à la pincer suffisamment et la tirer délicatement tout en effectuant un petit mouvement de rotation (en vissant ou en dévissant) afin d’éviter que la tête ne reste accrochée.

Une fois la tique retirée, il est préférable de la conserver dans un contenant hermétique et de la placer au réfrigérateur (la montrer au médecin permet une identification précise de l’espèce en question et donc du risque ou non d’infection). Bien désinfecter et se laver les mains. Afin de bien se remémorer tous les détails de l’incident par la suite, il est conseillé de noter quelque part la partie du corps qui a été piquée et la date de la piqûre. En effet, suite à cet épisode, il est nécessaire de surveiller attentivement le développement de la zone piquée.

Phase primaire

Si dans les jours suivants (de 2 à 30 jours) apparait une auréole rouge avec un pourtour plus foncé, comme une cocarde, qui s’étend de façon centrifuge, c’est la preuve qu’il s’agit de la bactérie borrelia et donc de la maladie de Lyme. L’auréole rouge porte le nom d’érythème migrant. Lorsque l’on constate sa présence, il est donc impératif d’aller voir son médecin.

Il est possible que d’autres symptômes accompagnent l’érythème comme l’asthénie (fatigue), des céphalées (maux de tête), myalgie (douleurs musculaires) ou encore de la fièvre.

Plus vite la maladie est diagnostiquée et prise en charge, plus le processus de guérison est favorable. Dans le cas contraire, l’évolution peut conduire à la multiplication de symptômes et à compliquer le diagnostic. En effet, certains effets de l’infection de la bactérie de borrelia peuvent être latents et se déclarer des mois ou des années après la piqure.

Phase secondaire

S’il n’y a pas de prise en charge médicale et de traitement, la bactérie peut se propager et entrainer de multiples complications :

  • Cutanées: érythème migrant peut se multiplier et être présent sur tout le corps.
  • Articulaires : douleurs multiples dans les articulations (arthralgies), inflammations articulaires (arthrites).
  • Nerveuses: céphalées, névralgies, paralysie faciale, méningite lymphocytaire et radiculite hyperalgique (ou radiculite à tiques) qui sont des douleurs profondes qui résistent aux antalgiques traditionnels.
  • Cardiaques : palpitations, ralentissement du rythme des battements et plus rarement une péricardite ou une myocardite (inflammation du muscle cardiaque).
  • Oculaireconjonctivite, inflammation de la cornée, intolérance à la lumière, etc. 
lyme huile cbd

Phase tertiaire

La phase tertiaire est une phase tardive (de plusieurs mois à plusieurs années après l’infection) qui arrive moins fréquemment et qui est conséquente à l’absence totale de prise en charge médicale de la maladie. C’est une évolution chronique de multiples manifestations :

  • Cutanées : maladie de Pick-Herxheimer, qui a comme conséquence une atrophie progressive de la peau.
  • Articulaires : multiplication d’épisodes inflammatoires aiguës chroniques des articulations (arthrite).
  • Nerveuses : encéphalomyélite myalgique (syndrome de fatigue chronique) et encéphalopathie chronique (maux de tête, troubles de la conscience ou du comportement) pouvant conduire à des problèmes psychiatriques. 

Comment poser le diagnostic de la maladie de Lyme

Dans le cas de figure où une personne a développé un érythème chronique migrant (halo rouge) et se souvient précisément de la piqure de tique, le diagnostic ne pose pas de problème.

A l’inverse, si la personne n’a pas développé d’érythème chronique migrant et ne se rappelle plus avoir été piquée ou non, le diagnostic est alors plus difficile à poser. A cela s’ajoute le fait que les symptômes de la maladie de Lyme sont très variés et peuvent conduire à un diagnostic biaisé. Même si les médecins font un interrogatoire très précis, les difficultés d’évaluation de l’origine de la maladie sont là.

Pour pallier à l’imprécision des examens cliniques, il existe des tests sanguins pour dépister la bactérie de borrelia en cause dans la maladie de Lyme, mais depuis 2018, il y a de nombreuses polémiques autour de la fiabilité d’interprétation de ces tests.

diagnostique lyme

Diagnostic et polémique

La Haute Autorité de Santé (HAS), en juin 2018, a publié ses recommandations concernant le diagnostic de la maladie de Lyme. Il s’avère que les deux tests sanguins les plus utilisés en France (Elisa et Western blot) peuvent conduire à des erreurs de diagnostic. En effet, même si le test est négatif, il n’exclut pas l’absence de borréliose de Lyme. Leur fiabilité est donc ébranlée.

La polémique et les nombreuses controverses qui en découlent prennent leurs origines dans un paradoxe : on connait la maladie, mais on a du mal à émettre un diagnostic fiable quand il n’y a pas eu par exemple de manifestation typique comme l’apparition d’un érythème chronique. A cela s’ajoute le facteur temps, à quel moment est effectué le test, les tests sérologiques sont souvent négatifs dans la première phase de la maladie et inversement, positifs dans les phases secondaires et tertiaires.

De fait, l’existence d’un syndrome persistant polymorphe de piqure de tique (SPPT) est reconnu en France, mais il apparait que peu de personnes venant consulter pour des symptômes correspondant à la maladie sont effectivement diagnostiqués comme des personnes ayant la maladie de Lyme. Enfin, on comprend qu’il est aussi primordial d’adopter des pratiques préventives et plus d’informations autour des risques liés aux piqures de tique. 

Quels sont les traitements classiques dans la maladie de Lyme

Les traitements classiques dans la maladie de Lyme incluent principalement des traitements aux antibiotiques pour éradiquer la bactérie de borrelia. Plus le traitement est pris précocement, plus son efficacité est grande.

Phase primaire

Dans le traitement de l’érythème chronique migrant, sont donnés des antibiotiques de la classe des bêtalactamines (amoxicilline) pendant deux à trois semaines.

Phase secondaire et tertiaire

La prise d’antibiotique est là aussi prescrite avec l’utilisation entre autres de céphalosporines dites de 3ème génération. Ces antibiotiques sont administrés par voie intraveineuse. Le suivi médical est alors indispensable. Pour les manifestations d’arthrites résistant aux antibiotiques, il y a alors deux possibilités : soit une synoviorthèse (injection anti-inflammatoire dans l’articulation), soit une synovectomie (opération chirurgicale consistant à retirer la membrane qui recouvre l’intérieur des articulations).

CBD et maladie de Lyme

Le CBD offre depuis quelques années de nouvelles perspectives thérapeutiques dans des domaines d’application toujours plus variés. Il est de plus en plus considéré comme un complément de traitement possible pour de nombreuses infections inflammatoires. Attention, cependant, il ne peut pas se substituer aux antibiotiques, bien au contraire. C’est un nouvel auxiliaire qui permet d’avoir une approche plus ciblée sur des maux particulièrement résistants aux prises en charge habituelles. De par sa complémentarité, il permet d’avoir une approche holistique de la maladie de Lyme et complète parfaitement les soins allopathiques.

L’utilisation du CBD est donc plus approprié pour les phases deux et trois de la maladie de Lyme. Grâce à certaines de ses propriétés, il permet de soulager nombre de symptômes résultant de l’infection.

CBD et syndrome de fatigue chronique (SFC)

Comme expliquéplus haut, lorsque la maladie de Lyme n’est pas prise en charge rapidement, de nouveaux symptômes font leur apparition, tels que l’encéphalomyélite myalgique ou syndrome de la fatigue chronique (SFC).

Le SFC est un syndrome complexe dominé par une asthénie importante. Cette fatigue est handicapante car elle est permanente, jour après jour, quand bien même la personne prend du repos. A l’état de fatigue général, s’ajoute également des douleurs musculaires et articulaires.

La personne ressent un malaise généralisé et voit sa vie sociale négativement impactée par les effets du SFC. Enfin, les patients touchés par ce syndrome manifestent dans la très grande majorité des profonds troubles du sommeil. On constate ainsi une absence presque généralisée des phases de sommeil profond. A cela s’ajoute également de multiples micro-réveils nocturnes.

Une étude menée par l’Université du Texas a montré que le CBD permettait de soulager l’anxiété. De fait, ils ont pu démontrer que le CBD peut bloquer l’altération du sommeil paradoxal induite par l’anxiété via son effet anxiolytique.

Le CBD en soi, ne régule pas le sommeil mais offre de meilleures conditions à l’endormissement et permet de diminuer significativement les micro-réveils.

Le CBD peut ainsi participer à l’amélioration de la qualité du sommeil et donc de soulager le corps des effets secondaires de la privation du sommeil pour les personnes souffrantes du syndrome de SFC.

cbd maladie lyme

CBD et inflammations

L’arthrite est une inflammation des articulations qui entraine des douleurs plus ou moins aiguës et c’est aussi une complication fréquente de la maladie de Lyme. De nombreuses recherches ont montré que le CBD a des propriétés anti-inflammatoiresUne étude en particulier menée sur des rats atteints d’arthrite conclut sur l’efficacité du CBD. En effet, des gels de CBD ont été appliqués pendant quatre jours sur des rats. Le gel de CBD transdermique a réduit de manière significative le gonflement des articulations, les manifestations de douleurs et surtout cela a révélé l’épaississement de la membrane synoviale. L’étude conclut que l’application topique de CBD a un potentiel thérapeutique important car il permet de lutter contre les inflammations et donc de soulager les douleurs quotidiennes causées par l’arthrite et cela sans effet secondaire lourd ou contraignant.

Cette autre étude importante met en lumière le mécanisme et explique que le CBD inhibe la production de cytokine impliquée dans l’inflammation. Même si tous les mécanismes impliqués n’ont pas tous été découverts, les chercheurs s’accordent sur le fait que la prise de CBD active des récepteurs neurologiques qui vont permettre de réguler les inflammations.

A cela s’ajoute les propriétés de décontractant musculaire. En effet, le CBD remplit des fonctions similaires aux analgésiques et s’avère être un agent de blocage neuromusculaire. Cela signifie que le CBD interrompt les communications neurologiques entre le SNC (le cerveau) et les muscles eux-mêmes. Ainsi, la prise de CBD permet un allégement généralisé significatif des douleurs d’origine inflammatoire.

CBD et autres symptômes de la Maladie de Lyme

La maladie de Lyme présente un éventail de symptômes plus ou moins invalidants et plus ou moins handicapants. Le CBD reste une piste intéressante pour soulager de nombreux symptômes :

CBD et douleur en général

Comme l’atteste cette étude portant sur les « Systèmes d’administration de cannabinoïdes pour le traitement de la douleur et de l’inflammation », le CBD offre une approche thérapeutique pertinente dans la prise en charge de la douleur neuropathique chronique.

Il agit directement sur les circuits neuronaux centraux de la douleur et favorise la libération de dopamine.

Ainsi il contribue à amoindrir la douleur sans effet secondaire comme il peut y en avoir avec la prise de certains antalgiques.

cannabis lyme

Quel mode d’administration pour le CBD ?

Il existe de nombreuses façons de profiter des bienfaits du CBD. Nous avons tendance à préférer la plus courante en milieu médical qui est l’huile de CBD, avec absorption par voie sublinguale, car son action est très rapide (5 à 20 min) et sans risque en comparaison aux e-liquides ou une forme fumée. Il existe également des capsules ou des solutions liposomales pour plus de biodisponibilité (absorption des composés actifs du CBD par le corps).

Pour en savoir plus et trouver la façon de consommer du CBD qui vous correspond : CBD, mode d’administration.

lyme traitement cbd

Pour conclure sur le CBD et la maladie de Lyme

Poser le diagnostic de la maladie de Lyme apparait aujourd’hui comme le plus gros défi à relever pour une prise en charge thérapeutique précoce et efficace de la maladie. Si les connaissances ne cessent de s’étendre sur cette maladie, il n’empêche que bon nombre de personnes souffrent des effets tardifs de cette maladie car ils n’ont pas été diagnostiqués. Si le CBD ne peut pas participer à la prévention de l’infection, il apparait comme un complément pertinent dans la prise en charge et le soulagement d’un grand nombre de symptômes post-infections.

Si vous êtes intéressé(e) par le CBD pour des problèmes ou symptômes consécutifs à la maladie de Lyme, nous vous invitons, idéalement, à en parler à votre médecin traitant en premier lieu, et à bien prendre connaissance des possibles interactions médicamenteuses avec le CBD si vous suivez un traitement.

logo cbdissimo

Article rédigé par la Team Cbdissimo, toujours à l’écoute des dernières avancées sur le cannabis médical et ses applications.

Cette publication vous a-t-elle été utile ? Cliquez sur une étoile pour la noter !