Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson a été découverte en 1817. C’est une maladie neurodégénérative qui se déclare suite à la mort progressive des neurones dans la zone du cerveau appelée substance noire, et la baisse des niveaux de dopamine dans les synapses.

En France, ce sont environ 200.000 personnes qui sont concernées par la maladie. Chaque année, 25.000 cas supplémentaires sont décelés, notamment chez les personnes âgées de 55 à 65 ans. Il arrive cependant que la maladie se manifeste plus tôt.

Le diagnostic est assez long à être émis, l’apparition des premiers symptômes sous forme de tremblements étant souvent mépris pour des signes de vieillissement.

Si l’âge semble en effet être l’un des facteurs favorisant l’apparition de la maladie de Parkinson, d’autres facteurs génétiques et environnementaux interviennent probablement, comme l’exposition chronique à certains pesticides ou aux métaux lourds.

causes parkinson

Symptômes de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson entraîne deux formes de symptômes, à commencer par les symptômes moteurs, qui se caractérisent par :

  • Tremblements incontrôlés des membres au repos
  • Raideurs musculaires
  • Akinésie : lenteur à initier des mouvements
  • Hypokinésie : perte soudaine ou progressive de la motricité d’un ou plusieurs membres
  • Bradykinésie : lenteur des mouvements

La maladie de Parkinson entraîne également des symptômes qui ne sont pas liés à la motricité. Ils se caractérisent par des instabilités posturales, des difficultés à trouver le sommeil, des épisodes d’extrêmes fatigues, et des troubles psychologiques.

cbd parkinson

La maladie est évolutive et l’on distingue cinq stades. Au premier stade, les symptômes n’ont encore que peu d’impact sur le quotidien. Au second stade, les signaux restent faibles, mais engendrent de petites gênes. 

Au stade suivant, le manque de mobilité est partiel mais l’autonomie de la personne est préservée. La maladie est considérée comme sévère et handicapante à partir du quatrième stade, la mobilité et l’autonomie sont considérablement entravées.

Le cinquième stade est déclaré lorsque la personne n’a plus aucune mobilité, autonomie et a besoin d’assistance pour s’alimenter et se mouvoir.

maladie de parkinson

Les traitements classiques contre Parkinson

Il n’existe, à ce jour, aucun traitement permettant de soigner la maladie de Parkinson, la médecine ne pouvant que réduire l’intensité des symptômes et retarder le développement de la maladie. La L-dopa, connu sous le nom de Levodopa est le traitement de référence prescrit. C’est en fait un acide aminé qui se retrouve transformé en dopamine par le cerveau. Ce traitement vise surtout à l’amélioration du contrôle des mouvements.

D’autres traitements, comme les agonistes dopaminergiques sont également couramment utilisés, ils imitent les effets de la dopamine et permettent de tablir la transmission défaillante. Les plus connus sont la bromocriptine, le lisuride, le piribédil, le ropinirole, l’apomorphine, le pergolide et l’entacapone.

Ces 2 traitements dopaminergiques provoquent plusieurs effets secondaires, comme des vomissements, des mouvements anormaux brusques et involontaires, des somnolences, sueurs froides ou encore des troubles olfactifs et des tendances à l’anorexie dans les cas les plus rares.

Enfin, la neurochirurgie, qui consiste à stimuler la zone touchée du cerveau, la substance noire, à l’aide d’électrodes, est une technique qui a démontrée des résultats très intéressants et qui a en pratique déjà considérablement soulagé le quotidien de milliers de personnes. Malheureusement, cette pratique ne peut être proposée qu’aux patients malades de Parkinson, depuis 5 ans au moins, ne présentant aucun trouble psychiatrique par ailleurs.

Il n’existe, à ce jour, aucun traitement permettant de soigner la maladie de Parkinson, la médecine ne pouvant que réduire l’intensité des symptômes et retarder le développement de la maladie.

La L-dopa, connu sous le nom de Levodopa est le traitement de référence prescrit. C’est en fait un acide aminé qui se retrouve transformé en dopamine par le cerveau. Ce traitement vise surtout à l’amélioration du contrôle des mouvements.

 

maladie parkinson huile cbd

D’autres traitements, comme les agonistes dopaminergiques sont également couramment utilisés, ils imitent les effets de la dopamine et permettent de tablir la transmission défaillante. Les plus connus sont la bromocriptine, le lisuride, le piribédil, le ropinirole, l’apomorphine, le pergolide et l’entacapone.

Ces 2 traitements dopaminergiques provoquent plusieurs effets secondaires, comme des vomissements, des mouvements anormaux brusques et involontaires, des somnolences, sueurs froides ou encore des troubles olfactifs et des tendances à l’anorexie dans les cas les plus rares.

Enfin, la neurochirurgie, qui consiste à stimuler la zone touchée du cerveau, la substance noire, à l’aide d’électrodes, est une technique qui a démontrée des résultats très intéressants et qui a en pratique déjà considérablement soulagé le quotidien de milliers de personnes. Malheureusement, cette pratique ne peut être proposée qu’aux patients malades de Parkinson, depuis 5 ans au moins, ne présentant aucun trouble psychiatrique par ailleurs.

3.7/5 - (101 votes)

Face aux effets secondaires lourds des traitements classiques et le côté dégénératif de la maladie, beaucoup de personnes souffrantes sont aujourd’hui à la recherché d’une alternative plus douce, plus naturelle pour retrouver une qualité de vie.

Les vidéos qui exposent des malades en pleine crise et qui sont rapidement soulagés en consommant du cannabis ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, et de nombreuses études sont en cours pour déterminer le rôle précis des cannabinoïdes comme le THC et le CBD dans la maladie de Parkinson. Les précisions qui suivent concernent le cannabidiol et le THC, le THC étant une substance interdite en France, nous n’en faisons pas la promotion, ni la recommandons, ni n’incitons à son usage.

Le CBD peut-il soulager les malades atteints de Parkinson ?

Rappel sur le CBD

Le CBD, pour cannabidiol, est une molécule issue de la plante de cannabis. Il existe aujourd’hui de nombreuses façons de profiter des bienfaits du CBD avec l’huile de CBD, les capsules de CBD et les e-liquides CBD par exemple. Sa vente n’est pas règlementée en France à condition que les produits finis au CBD ne dépassent pas une teneur en THC de 0.2%, conformément aux dispositions européennes. Non-psychoactif, le CBD n’a que de rares effets secondaires. Parmi ces derniers : diarrhées, somnolences ou encore baisse de tension. Ces effets indésirables se déclarent en cas général en cas de surdosage.

La CBD agit sur les mécanismes liés au stress et à l’anxiété mais également sur de nombreuses autres fonctions, grâce à son action sur le système endocannabinoïde, un ensemble de récepteurs situé le long du système nerveux central. Dans quelle mesure peut-il être utile contre la maladie de Parkinson ?

Du CBD contre la douleur

Les recherches sur l’utilisation du CBD pour la douleur en général sont plus nombreuses que celles sur les migraines. D’après celles-ci, le CBD permet d’augmenter les niveaux de glutamate et de sérotonine, neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de la douleur.

Le CBD, via l’activation des récepteurs endocannabinoïdes CB1 et CB2 a une action sur les douleurs inflammatoires et neuropathiques. Son utilisation est d’ailleurs répandue chez les personnes souffrant de douleurs neuropathiques chroniques ou d’arthrites par exemple.

 

cbd maladie de Parkinson

CBD et maladie de Parkinson

Au Brésil, une étude de six semaines a été menée sur 21 patients atteints de Parkinson, présentant des comorbidités (démences et troubles psychiatriques). Le panel a été divisé en trois groupes. Le premier groupe a reçu 330mg de CBD, par jour, sous forme de capsules. Le second groupe a reçu 75mg de CBD, là aussi sous forme de capsule tandis que le dernier groupe a reçu un placebo. Résultat, les symptômes moteurs ainsi que les douleurs ressenties ont été atténués dans les deux premiers groupes ayant reçu du CBD. De plus amples analyses sont toutefois nécessaires afin de confirmer le rôle positif du CBD sur les symptômes liés à la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est le résultat d’une baisse des niveaux de dopamine dans les synapses, or, les chercheurs Alyssa Laun et Zhao-Hui Song, de l’université de Louisville, ont découvert dans cette étude de 2017 que le CBD agit sur des récepteurs appelés CPR6. Ces récepteurs se trouvent dans les ganglions de la base du cerveau. Ils connectent le cortex et le tronc cérébral, et sont essentiels aux fonctions cognitives ainsi qu’à la motricité. Le cannabidiol pourrait alors soulager les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, en contrebalançant la perte de dopamine avec l’activation des régions responsables des mouvements.

Enfin, le CBD, est susceptible de protéger les neurones et ralentir leur destruction. Très intéressant dans le cadre de Parkinson puisqu’il s’agit là de la cause de la maladie. Le CBD aurait en effet, d’après plusieurs études précliniques comme celle-ci, des propriétés neuroprotectrices. Le CBD agit sur le processus inflammatoire en inhibant la production de cytokines et la libération de glutamates et en diminuant le stress oxydatif. Ainsi, la détérioration des cellules est ralentie et le renouvellement des neurones est favorisé. Grâce à cette fonction protectrice, le CBD améliore l’activité métabolique du cerveau, ce qui améliore les performances motrices et cognitives.

soulager parkinson cbd

Médecine classique et CBD pour Parkinson

Comme évoqué précédemment, les traitements classiques pour la maladie de Parkinson sont essentiellement des dopaminergiques, comme le Levodopa qui est transformée en dopamine dans les synapses, ou bien les agonistes de la dopamine qui miment l’effet. Ces traitements s’accompagnent d’effets secondaires lourds et difficiles à supporter

Ces traitements ne s’adressent pas à tout le monde, mais seulement aux patients qui ont développé la maladie depuis plusieurs années ou aux personnes les plus âgées. 

D’après les études citées plus haut et les retours anecdotiques avec le CBD chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, le cannabidiol apparait comme une solution naturelle qui permet d’atténuer certains symptômes et de ralentir la destruction neuronale. Contrairement aux traitements classiques, le CBD ne provoque que de rares effets secondaires.

Enfin, si vous suivez des traitements médicamenteux et que vous souhaitez essayer le CBD, le mieux reste d’en discuter avec votre médecin préalablement. Veillez aussi à prendre des mesures de précaution pour éviter les risques d’interactions médicamenteuses avec le CBD

THC et maladie de Parkinson, plus efficace ?

Les vidéos qui exposent des malades atteints de Parkinson en pleine crise de tremblements et qui sont rapidement soulagés en consommant du cannabis (et donc du THC) ont fait le tour des réseaux sociaux et ont alerté l’opinion public sur l’intérêt du cannabis médical dans les maladies neurodégénératives.

 

3.7/5 - (101 votes)

Si le CBD permet de soulager certains symptômes de la maladie, plus d’espoir encore entoure les effets supposés du THC. S’il on en croit les malades et usagers, qui sont les premiers concernés, l’efficacité du THC sur les troubles moteurs et les tremblements est bien là.

À retenir sur le CBD et Parkinson

En Israël, un essai mené sur 47 patients atteints de la maladie de Parkinson, a permis de démontrer les effets positifs du cannabis et du THC sur les symptômes non-moteurs de la maladie. Sur une période allant de 3 à 84 mois, les scientifiques ont ainsi administré quotidiennement du cannabis au panel. 82% des sondés ont alors confirmé avoir enregistré une amélioration globale de leur qualité de vie. Bien sûr, le rôle du THC dans l’amélioration des symptômes liés à la maladie de Parkinson doit toutefois être confirmé par des études plus poussées.

À l’instar du CBD, le THC a des propriétés neuroprotectrices, favorisant la neurogénèse. Selon une étude publiée par la Royal Society Publishing, le THC a une influence directe sur l’amélioration de l’activité neuronale, réduisant les troubles dégénératifs. Ces études ont toutefois été menées sur un modèle animal. De nouvelles études cliniques doivent ainsi être menées afin de confirmer, ou non, le rôle neuroprotecteur du THC et son intérêt dans la maladie de Parkinson.

Pour plus d’informations sur le cannabis médical, le CBD et le THC dans le cadre de la maladie de Parkinson, n’hésitez pas à consulter plus d’articles sur notre site ou bien nous contacter, via le chat Live, en bas à gauche de votre écran ou par email.

logo cbdissimo

Article rédigé par la Team Cbdissimo, toujours à l’écoute des dernières avancées sur le cannabis médical et ses applications.

3.7/5 - (101 votes)